Les Chansons de Thérèse

Référence : 699 880-2

Grands Textes de l'Église

Sainte Thérèse de Lisieux

Description :

 

Ces poésies, écrites pour être chantées, reflètent si bien Thérèse qu’elles nous la rendent présente. Elle est là, tout entière, avec sa candeur d’enfant, son audace, son sens étonnamment profond des choses spirituelles, son abandon total, cette manière d’aimer Dieu qui n’est celle de personne. Composées alors que la Sainte était plongée dans la souffrance et les ténèbres, elles nous frappent par leur lumière.

 

Si Thérèse a écrit ces vers, ce n’est pas par « agrément », mais comme toujours par devoir et par obéissance. Les déclarations de sa sœur Céline nous éclairent bien sur la façon dont elle a travaillé :

 

« 1. Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus n’avait appris de personne les règles de la versification qu’elle ignorait. Elle avait seulement profité de ce que ses études classiques lui en avaient insinué, ayant retenu, par exemple, des passages de l’Art poétique de Boileau.

 

2. Elle n’utilisa jamais de « dictionnaire de rimes », car il n’y en avait pas au Carmel.

 

3. Elle n’avait écrit aucune poésie avant son entrée en religion, et ne le fit au Carmel que pour répondre, le plus souvent, aux désirs de ses sœurs.

4. Elle composait souvent au cours de sa journée, pendant son travail ou certains moments de recueillement ; mais, à part les jours chômés, comme le dimanche, elle devait attendre l’heure de temps libre du soir pour écrire ses compositions. Elle n’avait pas d’auteurs poétiques préférés, mais elle avait goûté certaines œuvres lues dans des recueils de Morceaux choisis ; elle lisait aussi avec plaisir Les Fables de La Fontaine, et elle en savait plusieurs par cœur. (Lors des veillées familiales, Thérèse enfant aimait écouter son père réciter « des poésies empreintes des vérités éternelles ».)

 

5. Elle faisait ordinairement un brouillon de sa première inspiration, et elle le travaillait jusqu’à ce qu’elle en ait satisfaction. Mais pour elle, évidemment, les idées profondes de son sujet comptaient plus encore que la forme poétique à leur donner, et elle en était gênée pour dire exactement le fond de sa pensée. »

 

Thérèse puise son inspiration dans ce qui est sa nourriture quotidienne : les textes bibliques et liturgiques, ainsi que les œuvres de saint Jean de la Croix. Les interprètes réunis sur ce disque viennent d'horizons divers. Leurs versions diffèrent notablement, et cependant, il ressort de l'ensemble une puissante harmonie. Tous ont su faire ressortir la sève de ces poèmes.

 

– Colette Chamboredon

 

Ce disque est dédié à Monseigneur GUY GAUCHER qui nous a quittés le 3 juillet 2014.

 


Vous pouvez acheter cet album sur :

Les Chansons de Thérèse Les Chansons de Thérèse Les Chansons de Thérèse