«La musique peut s’adapter au sacré de plusieurs façons. Il y a d’abord la musique liturgique, qui suit la structure de l’office et n’a de signification que pendant l’office. Ensuite, vient la musique religieuse - toute la musique qui s’approche avec révérence du Divin, du Sacré, de l’Ineffable… Enfin, il y a la percée vers l’au-delà, vers l’invisible et l’indicible, qui peut se faire à l’aide du son-couleur et se résume dans la sensation de l’éblouissement ».
     
Cette réflexion d’Olivier Messiaen éclaire depuis 1989 le travail des Éditions Jade. Servir la musique sacrée sous ces trois formes : musique liturgique, musique religieuse, musique spirituelle.
 
En ce qui concerne la musique liturgique, Jade a développé un catalogue exceptionnel de chant grégorien et de chant orthodoxe, répondant ainsi à l’exhortation de Jean-Paul II invitant l’Église à respirer avec ses deux poumons : l’oriental et l’occidental. Jade collabore avec de nombreux monastères : Santo Domingo de Silos, Notre-Dame de Ganagobie, Sainte-Madeleine du Barroux, Saint-Benoît-sur-Loire, les Carmélites de Pécs…mais aussi Simonos Pétra du Mont Athos, Valaam en Russie, Sainte-Élisabeth de Minsk…Jade produit également le Chœur Byzantin de Grèce, la chanteuse serbe Divna, la chanteuse géorgienne Nana Peradzé, la Maîtrise de la Cathédrale de  Strasbourg, la Maîtrise de Reims...
 
 
Dans le domaine de la musique religieuse, Jade a exploré toutes les époques depuis le Moyen-Âge jusqu’à nos jours : musique d’Hildegard von Bingen avec Catherine Braslavsky,  musique des chemins de Compostelle avec les Ensembles Amadis ou Discantus, musique baroque latino-américaine avec le Chœur Exaudi de La Havane, musique contemporaine avec l’intégrale de l’œuvre d’orgue d’Olivier Messiaen ou la parution d’Inédits de ce compositeur, Arvo Pärt avec l’Ensemble Aquarius.
 
 
Enfin toute musique sacrée véritable se nourrissant de la parole de Dieu, il était logique que Jade se consacrât à des enregistrements de grands textes de l’Église : Intégrale des Évangiles par Béatrice Agénin, Jean Davy et Simon Eine, Correspondance de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus dite par Brigitte Fossey, Journal de Jacques Fesch : « Dans Cinq heures je verrai Jésus… », Règle de saint Benoît par Michaël Lonsdale, les textes de sainte Thérèse d’Avila par Marie-Christine Barrault.
 
Notre vocation est de servir la beauté, avec cette conviction que si Dieu n’existait pas l’homme ne chanterait pas.